3ème pilier

Le 3ème pilier est directement lié à l’immobilier. Il peut servir à constituer des fonds propres, peut servir à amortir indirectement une hypothèque, réaliser des travaux dans son bien immobilier, ou, par exemple, amortir son prêt hypothécaire une fois à échéance et ceci tout en réalisant des économies fiscales conséquentes

 

La base du système des 3 piliers:

Le système de prévoyance composé des 3 piliers a été accepté par le peuple Suisse le 3 décembre 1972. Initialement conçu pour palier aux manques des deux premiers piliers au moment de la retrait, le 3ème pilier est un atout précieux dans le domaine de l’immobilier.

En cotisant sur un 3ème pilier, l’épargnant a la possibilité de réaliser des économies d’impôt considérables et ainsi constituer plus rapidement des fonds propres ou réduire ses charges de propriétaire.

 

Exemple concret de l’intérêt d’un 3ème pilier:

Situation de départ: Couple marié, domiciliée à Lausanne, sans enfant, revenu imposable de 200’000 CHF, souhaitant devenir propriétaire.

Leur objectif: cumuler 150’000 CHF d’épargne supplémentaire afin d’acquérir un bien immobilier.

Capacité d’épargne: 15’000 CHF / an.

Plan A: Accumuler cette épargne, chaque année, sur un compte bancaire et ainsi obtenir le capital voulu dans 10 ans (hypothèse rendement de l’épargne 0%).

Plan B: Créer des 3ème pilier  3A (liés) à raison de 6’883 CHF par an et par personne (maximum déductible pour un salarié). Chaque année, le couple économisera ainsi 5’826 CHF d’impôt.

Dans 7.5 ans, ils auront donc accumulé 103’245 CHF sur leurs 3ème piliers + 43’695CHF d’impôts économisés + 9’255 CHF d’épargne qui n’a pas pu être intégrée dans le 3ème pilier soit un total de 156’195 CHF. Lors du retrait du capital 3A, le couple va tout de même devoir payer des impôts à hauteur de 4’688 CHF (article dédié: l’impôt sur les prestations de prévoyance). Leur épargne net sera donc de 151’507 CHF.

Différence plan A et B: Nous constatons qu’une simple stratégie d’optimisation de l’épargne au travers du 3ème pilier, leur a permis de gagner 2.5 ans dans l’atteinte de leur objectif.

 

Les différentes formes de 3ème pilier

Il existe plusieurs formes de 3ème pilier. Avant de parler banque ou assurance, il est nécessaire de savoir qu’il existe un 3ème pilier A (ou 3ème pilier lié) ainsi qu’un 3ème pilier B (ou 3ème pilier libre) dont voici les principales caractéristiques:

3A (3ème pilier lié)

Est déductible du revenu imposable jusqu’à concurrence de 6’883 CHF pour un salarié et 34’416 CHF pour un indépendant sans caisse de pension mais maximum 20% du revenu de l’indépendant.

La valeur détenue dans le 3A n’est pas soumise à l’impôt sur la fortune.

Les rendements générés au travers du 3A ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu.

Le retrait n’est possible qu’aux conditions suivantes: 

  • Acquisition, rénovation ou amortissement de la résidence principale
  • Départ définitif à l’étranger 
  • 5 ans avant l’âge légal de retraite
  • Début d’une activité indépendante

Au moment du retrait de l’avoir de prévoyance, un impôt est dû proportionnellement au capital retiré (article dédié: l’impôt sur les prestations de prévoyance). 

3B (3ème pilier libre)

N’est pas déductible du revenu imposable (sans limite de cotisation).

Deux exceptions:

  • Fribourg: déductible jusqu’à 750 CHF par personne
  • Genève:  possibilités de déductions fiscales importantes en fonction de chaque situation (célibataire / marié, salarié / indépendant, avec / sans enfant). 

La valeur détenue dans le 3B est soumise à l’impôt sur la fortune.

Les rendements générés au travers du 3B ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu.

Au moment du retrait de l’avoir de prévoyance, aucun impôt n’est dû.

Aucune restriction pour demander son retrait.

Les établissements proposant des 3ème piliers

Pour souscrire un 3ème pilier A (lié), vous avez la possibilité de le faire au travers d’une société d’assurance ou d’une banque.

Concernant le 3ème pilier B (libre) celui-ci ne peut être souscrit qu’auprès d’une compagnie d’assurance car il doit inclure une prestation « de risque ».

Voici les possibilités entre banque et assurance:

3ème pilier bancaire

Le 3ème pilier bancaire peut être fait sous la forme d’un simple compte porteur d’intérêt (environ 0%) ou lié à des fonds de placements. En cas de placement, vous espérez un rendement plus favorable mais perdez la garantie du capital.

Le 3ème pilier ne comporte pas de prestation d’assurance. En cas de décès, celui-ci est porté dans votre masse successorale et distribué aux héritiers.

L’avantage d’une 3ème pilier sous forme de compte (sans placement) est qu’il permet de constituer des fonds propres, avec avantage fiscal, tout en connaissant précisément le montant disponible avant impôt. En imaginant que vous cotisiez 3 années 6’000 CHF, vous disposerez donc d’un capital de 18’000 CHF. 

 

3ème pilier en assurance

Le 3ème pilier en assurance peut être fait sous la forme d’une police liée aux excédents (rendement garanti 0.0%) ou lié à des fonds de placements. En cas de placement, vous espérez un rendement plus favorable mais perdez la garantie du capital

Le 3ème pilier en assurance est lié à des couvertures (minimum une) en cas de décès et / ou d’invalidité. Vous pouvez, par exemple, assurer un capital décès pour votre conjoint / enfant, insérer une libération du paiement de la prime en cas d’invalidité, etc.

Un 3ème pilier sous forme d’assurance permet de couvrir vos proches tout en servant, par exemple, d’amortissement pour votre bien immobilier.

 

Naturellement, nos conseillers analyserons volontiers, avec vous et en fonction de votre situation personnelle, la meilleure stratégie à adopter.

Envie d’en savoir plus ?